« Le cercle » de Nacera Belaza § transmettre (par) l’art

Chorégraphie de Nacera Belaza. Photo©Antonin Pons Braley

Au théâtre de Vidy du 15 au 17 novembre 2018.

Dans l’ombre ténébreuse, quelques halos diffus. La première présence à se révéler est un rythme assourdi, nimbé d’un chant mélancolique. Emergeant des ténèbres, trois clartés surgissent. Imperceptiblement s’approchant, une silhouette s’ébauche. Remuante et pourtant immobile. Longuement. Puissamment. Se fondant dans sa nuit, deux autres la rejoignent. Pivots enracinés surmontés de fureur déchaînée, ils se déplacent pourtant. La nuit, ponctuellement, noie ces formes floues puis les laisse renaître. Elles sont cinq à présent, chimériques et démentes, poursuivies par l’impitoyable tempo. Des illusions de visages évoquent de monstrueux Bacon. Nina, au loin, fredonne sa mélopée flottante au-dessus du fracas régulier des darboukas. Le temps et l’espace dissous, comme les corps…

Brusquement une surface lumineuse déclenche l’affolement d’étranges créatures. Exacerbés par la lumière, tels de fragiles hétérocères, leur danse éperdue démultiplie leurs membres. Enfiévrés, déformés, sublimes et fascinants. Vite éclipsés par le retour de l’obscurité.

Un instant, une impulsion les rassemble. Soubresauts, tremblements. Une cohésion de secousses, un équilibre chancelant. Et toujours ce battement, passant du paroxysme au murmure tamisé. Obscurité. Disparition. Silence.

Les mots sont impuissants face à l’éloquence des corps.

§

Créer, interpréter, transmettre, a toujours procédé pour moi d’une seule et même action qui est celle de chercher à communiquer à l’autre une parole enfouie que seul l’art peut faire entendre. Nacera Belaza

Un ouvrage et un article qui s’essaient à recenser les pratiques d’artistes enseignants et qui interroge sur l’idée même de transmission en matière d’art:

de Christophe Kihm et Valérie Mavridorakis, tous deux enseignants à la Haute école d’art et de design de Genève (HEAD)

« (…)Evidemment, il faut cerner les références, notamment les grandes institutions modernistes qui ont changé les conditions de l’enseignement : Bauhaus, Ecole photographique de Düsseldorf, Vuthemas, Black Mountain College…. Quant aux maîtres, il s’agit de John Cage, Joseph Beuys, Yves Klein, Wolf Vostell, Robert Filliou, Allan Kaprow, le Feminist Art program, la Maison des artistes de Milan (Luciano Fabro). Tels sont en tout cas les noms les plus souvent référés dans ce volume, qui ne cherche d’ailleurs pas à se rendre exhaustif.(…) » Tiré d’un article de Christian Ruby à propos de  Transmettre l’art. Figures et méthodes Quelle histoire ?(cliquer pour lire)

« être enseignant, voilà ma plus grande oeuvre d’art » Joseph Beuys

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s