Pièces non commentées

Eviter et sauter par-dessus…Quelques spectacles auxquels j’ai assisté sans en faire la chronique. Pourquoi? parce qu’ils ne m’ont pas assez « parlé »…ou trop, peut-être? Pourtant ils ont selon moi tous des qualités diverses, mais je ne me permets pas d’écrire sur un évènement sans un certain  enthousiasme. Quelle légitimité aurais-je de dénigrer le travail des artistes? Mon goût n’est pas le propos, ce qui ne signifie pas que tout ce que je vois me plaît. Voilà pourquoi mes chroniques de spectacle sont toujours positives.

En italique, vous lirez quelques mots de la présentation officielle de ces spectacles.

« Antilopes » de Nagi Gianni: Belle photo qui donne envie d’assister à ce spectacle! Ce devait être le 8 ou 9 juillet 2021 à l’Arsenic. Je me souviens d’avoir pensé que ces prothèses métalliques devaient permettre des explorations invraisemblables et donner une élasticité merveilleuses à ces danseu.r.se.s. Ben non, quelques postures, quelques sculptures de corps, mais rien de si spectaculaire et un sens qui m’a totalement échappé.

Antilopes est une pièce pour survivre, prospérer et imaginer un avenir possible, faire face à une crise, trouver du réconfort, collaborer sur des solutions, étendre le monde vers l’extérieur et tout donner. L’œuvre chorégraphique de Nagi Gianni transporte un désir émancipateur dans un univers entre laboratoire et jeu vidéo, où se redessinent des paysages physiques, émotionnels et sociaux, faisant apparaître des assemblages inattendus et libres comme points de départ pour une relation à l’autre. L’arène blanche devient une piste de jeu pour cinq performeur·euse·x·s, dont les corps sont retournés à un état embryonnaire.

Photo Samuel Rubio

« La Possession » de François-Xavier Rouyer, 30 octobre 2020: Je ne suis pas fanatique des films d’horreur, mais voir comment fonctionne l’horreur au théâtre, pourquoi pas? Un thème intéressant en comédie, celui de l’incarnation, de la possession ou plutôt du processus de la possession, nuance qui a son importance dans cette pièce. Un acteur, une actrice, ne doivent-ils pas être possédés par leur rôle? D’autre part, dans le monde réel qui n’a pas rêvé de s’approprier telle ou telle personnalité, rendue désirable par ses aspects inaccessibles. Mais voilà, trop de texte tue le mystère, et malgré de forts bons interprètes, des idées et un décor suggestif, cette création ne m’a pas emportée.

Elle se retrouve prisonnière de son destin, comme si elle n’avait pas le pouvoir de reprendre sa vie en main. Elle comprend alors que quelqu’un cherche à lui nuire, qu’elle a été ensorcelée. Une personne se présente à son domicile, compatissante, attentive et lui propose une solution briser le sort en sortant d’elle même et réinventer sa vie en colonisant un autre corps. Tel un virus, dévorer une chose de l’intérieur, la remplacer peu à peu.

Photo Julie Masson

« Les Nuits Enceintes » de Guillaume Béguin: Vu le 27 janvier 2022, à nouveau, six  comédien.ne.s impeccables, un visuel scénographique inspirant et un thème ambitieux et actuel. De quel jour notre époque, notre nuit, va-t-elle accoucher? Chacun y va de sa conviction, essaie de convaincre et cela engendre une logorrhée qui n’est pas sans beauté mais où les monologues deviennent si envahissants qu’ils ont égaré mon attention. Sur deux heures et demie, c’est un peu long. Dommage.

Le théâtre de Guillaume Béguin est rêveur, tramant des mondes à la fois réels et fantomatiques. Comme souvent, le metteur en scène, qui signe ici son premier texte dramatique, interroge ce qui unit ou désunit nos héritages et nos descendants. Cette fois, à travers les personnages de ces deux sœurs et la métaphore de la nuit comme métamorphose, il regarde une société asphyxiée par l’exploitation à outrance de son environnement, et qui porte en elle le rêve de son propre bouleversement.

« Avant la retraite » de Thomas Bernhard (autour du 10 décembre 2021): je me réjouissais, j’aime bien Marion Duval, et on ne peut pas dire que j’aie passé un mauvais moment. Pourtant cette pièce ironique et décapante sur trois nostalgiques du nazisme ne m’a pas convaincue. Mais elle en était à ses premières représentations…

Créé en 1979, Avant la retraite s’apparente à un laxatif destiné à expulser les résidus nazis nichés dans les entrailles domestiques des sociétés allemandes et autrichiennes. Amusé·e·s par la mauvaise odeur qui persiste, Marion Duval, Camille Mermet et Aurélien Patouillard conjuguent leurs forces pour rejouer la pièce avec une légèreté qui frôle le mauvais goût.

Photographer Javier Hernandez

« La lune est en Amazonie » de Mapa Theatro. Le collectif part d’un fait réel, une tribu autochtone en Colombie se coupe du monde au début du XXe siècle. Découverte en 1969, une partie de ses habitants est capturée, mais personne ne comprend leur langage. Très beau visuel avec un procédé de tulle trouée et des projections d’images. Mais spectacle en espagnol surtitré, beaucoup à lire. Que faire? jouir de l’esthétique ou chercher à comprendre? Il aurait fallu lire le propos avant d’y assister.

Cette fois encore, Mapa Teatro part d’un événement réel et rassemble archives et textes fictionnels, matériaux visuels, témoignages, anecdotes, création sonore électro et musique live pour créer une ethno-fiction futuriste, où se mêlent histoire, actualité, faits scientifiques et récits décalés.

©JeanLouisFernandez

« Un vivant qui passe » de Nicolas Bouchaud (19 janvier 2022). Ce spectacle-là, je l’ai aimé, beaucoup. Nicolas Bouchaud est un comédien extraordinaire d’intensité et de vérité. Mais le spectacle avait déjà voyagé, les articles ne manquaient pas. Qu’aurais-je pu ajouter à l’écho de ce témoignage (d’après le film de Claude Lanzmann), sinon dire et redire à quel point le devoir de mémoire est important?

Le jeune docteur Rossel de Genève, délégué du CICR, s’est rendu à Auschwitz dès 1943, puis en 1944 au « ghetto Potemkine » de Therensienstadt, sans y trouver à redire. Le cinéaste Claude Lanzmann le rencontre en 1979. (document original)

Photo Philippe Laurençon

« Terces » (29 mars 2022): Plutôt fascinant d’assister à un spectacle de Yoann Le Guillerm. Déjà vu il y a 5 ans, je n’ai pas grand chose à dire de plus, à part que la bande son est absolument sublime (était-ce la même?). Il faut être patient à certains moments, patient comme l’artiste qui construit minutieusement ses incroyables structures.

Un cirque fascinant où des matières se meuvent selon leur énergie propre, des processus s’activent en cascade, du fragile porte un corps. Et au centre de la piste, un homme qui s’attelle à éprouver la maniclette.

Photo Marc Domage

« Désordre du discours » (24 mars 2022), la leçon inaugurale, intitulée « L’ordre du discours », de Michel Foucault au Collège de France date de 1970. Fanny de Chaillé met en scène ce texte avec l’interprète Guillaume Bailliart (Celui qui vient de jouer « Tartuffe » tout seul!). Au regret de n’avoir pour ainsi dire rien  compris au sens de ce discours, je l’ai tout de même trouvé assez captivant. Mémoriser un texte pareil tient de l’exploit et la parole, autant que le geste, est ici rythmée et débitée au point qu’elle en devient musicale.

Ainsi montre-t-il combien dire est une activité qui recèle des pouvoirs et des dangers, le lieu de luttes, de victoires, de blessures, de dominations, de servitudes… De cette première leçon célèbre, il ne reste aucun enregistrement, seulement une réécriture a posteriori.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s