Rachel Kneebone (1973) § « 399 Days » (2012-13)

J’ai toujours été fasciné par la danse : comment les corps se mélangent et se fondent, comment de nouvelles formes sont créées par les danseurs et comment la danse nous permet de nous évader dans un espace et un langage différents. Mon travail est profondément concerné par le mouvement, la forme et l’espace. Rachel Kneebone

Rachel Kneebone, « 399 Days », 2012–2013 (Porcelain and mild steel) 540 × 287 × 283 cm) © Rachel Kneebone. Photo © White Cube (Jack Hems).

Rachel Kneebone est diplômée du Royal College of Art. Elle vit et travaille à Londres. Ses sculptures de porcelaine blanche ressemblent à des chorégraphies figées dans le temps. Un chaos de membres entrelacés sans aucune trace de visages, seulement des jambes et des torses tronqués. Entre l’os et la chair, la vie et la mort.

Détail d’un panneau

L’oeuvre intitulée « 399 Jours » doit son nom au nombre de jours qu’il a fallu à l’artiste pour la sculpter. Composée de 63 panneaux, d’une hauteur de cinq mètres, cette colonne est inspirée de la colonne Trajane de Rome (40m) terminée dans les années 113.

Panneaux détail

Toutes ces jambes, éléments classiques de la représentation du corps, représentent le mouvement, l’action, une forme identifiable quoiqu’inhabitée. Elles sont entremêlées à des structures végétales. Les boules (monde, oeuf, oeil, bulle, etc) symboliseraient plutôt  la fragilité de la vie.

Sommet de « 399 Days », détail

En 2018, Rachel Kneebone travaille sur «  The Dance Project », le chorégraphe britannique TC Howard. Un projet qui débouche sur une pièce de danse contemporaine présentée avec une exposition de sculptures et dessins de Kneebone associés à des photos du légendaire chorégraphe et danseur Merce Cunningham.

« Merce Cunningham travaille aussi beaucoup autour des idées de hasard et c’est très présent dans ce que je fais à travers la chance de la façon dont les choses se métamorphosent dans le four. La porcelaine rétrécira, se pliera, se fissurera et se reformera dans le four, ce qui est hors de mon contrôle. Je peux organiser les choses en ayant une idée de ce qu’elles vont faire, mais il y a toujours cet élément de hasard dans ce que je fais, ce qui est vraiment excitant. Il y a donc aussi ce lien. » Rachel Kneebone

Sources : HERO , White Cube

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s