Biennale de Venise 2019, pavillons nationaux.

Beaucoup à voir. Trop? Il faut une journée complète pour  visiter l’espace des Giardini. La plupart des quelques 90 pavillons nationaux de la 58e Biennale sont là, mais il y en a aussi à Arsenale et disséminés dans la Sérénissime. En voici quelques-uns qui m’ont particulièrement frappés par leur pertinence, leur esthétique ou leur aspect novateur.

Qu’est-ce qui, pour moi, relève à priori d’une oeuvre d’art contemporaine intéressante? J’aime y trouver plusieurs niveaux de lecture, avoir envie d’en savoir plus en la regardant. J’aime que l’oeuvre parvienne à m’évoquer quelque chose, que ce soit par attirance, curiosité ou même répugnance. Enfin, avoir l’impression que l’artiste réussit à faire passer sa réflexion et/ou son émotion au regardeur. L’innovation, la surprise, qu’il-elle propose est évidemment essentielle. Et l’attrait esthétique, n’en déplaise à mon cher Marcel Duchamp, est un ajout agréable. De même que ne pas avoir besoin de passer trop de temps à lire les cartels!

Capture d’écran 2019-06-22 à 13.39.55

Au pavillon Suisse, Pauline Boudry et Renate Lorenz nous font « bouger en arrière » dans une ambiance de boîte de nuit en compagnie de cinq danseu.r.se.s-performeu.se.r.s. Avoir quelques notions de danse urbaine permet sûrement de mieux comprendre cette oeuvre de résistance à l’individualisme ambiant et au repli sur soi. L’évocation d’une image de ce thème: marcher dans un sens en portant ses chaussures à l’envers pour tromper l’ennemi. Pour ma part, j’ai été sensible à la danse, mais le mouvement « backwards » qu’elle est censée induire ne m’a pas été évident. Et les perruques sur l’épaule? Des évocations queers? l’animalité humaine? Un journal constitué d’une quinzaine d’articles en relation avec l’oeuvre et issus de d’auteur.e.s de domaines variés est distribué aux visiteurs. Intéressant, oui, mais lire tout ça? Bref, pas vraiment convaincue…

DSCN1749
L’entrée du pavillon suisse où sont suspendus des rideaux de chevelures.

Roman Stanczak avec Flight, pour la Pologne, démonte un avion en rendant ses tripes mécaniques et son mobilier visibles. Non seulement un objet monumental curieusement rendu visible, mais une questionnement sur la sécurité, le luxe, l’apparence, la modernité, la spiritualité, la société, etc. Impressionnant et sculptural.

DSCN1817

DSCF8526

L’Egypte, dans son pavillon d’un abord hyper kitsch avec des sphynx très moches dont la tête est remplacée par un écran, se rattrape avec une fenêtre-vidéo abordant, il me semble, les rapports de pouvoir entre l’ancienne génération et ses principes de domination rejointe par la nouvelle qui tente de prendre sa place dans le présent.

La République Tchèque abrite le travail original de Stanislav Kolibal portant sur la construction géométrique, où la ligne est omniprésente, la régularité  déviée et l’équilibre sensiblement incomplet.

Au pavillon français, il faut entrer par la cave. Avec Vois Ce Bleu profond Te Fondre, Laure Prouvost propose une installation en antichambre, un sol turquoise enduit d’une épaisse couche de résine qui emprisonne ce que l’on peut maintenant trouver au fond de la mer…ou dans nos poches. Puis, dans la seconde salle obscurcie, une vidéo à voir dans des sièges modelés et incrustés de coquillages. Le film est une sorte de road movie où nous suivons un groupe hétérogène au bord de la mer, mais aussi aux abords du palais du Facteur Cheval. Une aventure mélancolique autant que gaie, réaliste et onirique à la fois.

Iris Kensmil et Remy Jungerman occupent magnifiquement le pavillon de la Hollande (dont l’architecte fut Gerrit Rietveld, l’un des précurseurs du mouvement De Stilj). Entre Suriname et Mondrian, superpositions de formes géométriques et portraits de femmes dessinent un univers saisissant.

On aborde Le pavillon des Philippines à pieds nus en grimpant sur des socles de verre au travers desquels des piles d’objets plongent dans de sombres abysses. Vertige et frissons garantis pour une installation troublante, mais aussi poétique.

Pour ce qui est du pavillon israélien, je n’ai pas compris. Le projet FHX est une organisation qui s’est engagée à rechercher la manière dont l’art peut réagir et agir face aux maux sociaux et aux valeurs corrompues de la société. Un genre d’hôpital mobile pour écouter des histoires d’injustices sociales. Il est censé se déplacer à travers le monde. C’est moi ou c’est vraiment cynique au vu de la situation palestinienne?

Le Ghana a beaucoup de succès pour sa première participation et c’est mérité! Une très belle scénographie en arrondis où exposent trois femmes et trois hommes, peintres, photographes, vidéaste, installations, dont les flamboyantes tentures d’El Anatsui. Le cinéaste John Akomfrah (un nom à retenir) projette un film extraordinaire, sur trois écrans, de paysages, d’humains, d’animaux sauvages. Une méditation sur l’Humanité et la destruction de la Nature qu’il signifie par le déclin de la population des éléphants au Ghana.

La République du Zimbabwe, un pavillon dans la ville, expose Neville Starling, Georgina Maxim, Cosmas Shiridzinomwa et Kudzanai-Violet Hwami, dont j’ai particulièrement apprécié la peinture.

Décidément j’ai de la peine à capter l’esprit des artistes montrés au pavillon britannique. Cette année, Kathy Wilkes.

Le pavillon de la Russie est organisé par le musée de l’Ermitage lui-même. Une installation du cinéaste Alexander Sokurov, qui m’a plu par sa scénographie dramatique et la sculpture brute de Ekaterina Pilnikova. Le thème du retour du fils prodigue, d’après le tableau de Rembrandt, revisité au regard des guerres modernes.

Des images d’autres pavillons:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A suivre, les artistes exposés à l’Arsenale et au pavillon central de Giardini, et des expositions en ville…

Merci au photographe, Jean-Laurent de Stoppani.

2 réflexions sur “Biennale de Venise 2019, pavillons nationaux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s