Londres en mai 2022 (2. des galeries)

White Chapel, Thaddaeus Ropac, Serpentine South, White Cube Mason’s Yard, White Cube Bermondsey.

La Whitechapel Gallery présentait un siècle d’ateliers d’artistes 1920-2020 (jusqu’au 5 juin). Qu’il s’agisse d’une usine désaffectée, d’un grenier ou d’une table de cuisine, c’est l’atelier de l’artiste où se conçoit et se crée le grand art de notre temps. Près de 80 artistes du monde entier, connus ou pas, sont représenté par une plusieurs pièces photographie, installation, sculpture, film, peinture ou recréation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Portraits intimes dans l’atelier, représentation personnelle comme acte de résistance, atelier collectifs solidaires, atelier comme décor de l’oeuvre, espace mis en scène de performance, contenant de secrets de fabrication, place privée hors du temps, sanctuaire, refuge, lieu d’inspiration, rétrospective portable, lieu de contrainte choisie, laboratoire envahi d’équipements, emplacement recyclé à l’infini, îlot d’imagination… L’atelier d’artiste, dévoile tel un récit intime, une parcelle de l’univers humain caché derrière l’oeuvre.

§

Rosemarie Castoro (1939-2015), découverte à la galerie Ropac, est une artiste conceptuelle américaine. Partie de la danse expérimentale, son travail explore l’espace et le mouvement. Il prend en compte les corps dans l’espace et leur interprétation graphique dans une notation de danse minimale. Elle se dit paintersculptor.

§

Marche au bord du lac pour rejoindre la Serpentine South Gallery et l’installation de Dominique Gonzalez-Foerster.

Dans une salle de forme arrondie, Alienarium 5 est un environnement hypothétique qui nous invite à imaginer d’éventuelles rencontres avec des extraterrestres. S’appuyant sur de nombreuses références de la musique, de la littérature, du cinéma, de l’architecture et de la culture pop, l’artiste crée des environnements superposés sensés transporter les spectateurs dans des dimensions narratives, temporelles et psychologiques alternatives.

Suivez ces liens pour voir et entendre les vidéos:

https://photos.app.goo.gl/EfPBQAqAzAzzDEtq6

https://photos.app.goo.gl/N1j9LLXsBKp4LUfj9

https://photos.app.goo.gl/zSL6bG7Zz8VzWVhg9

Sur les coussins livres, j’ai adoré m’assoir dans le Métapanorama qui réuni humains, non-humains et extraterrestres, plein de visages connus ou inconnus, du passé ou du présent, ses paysages galactiques et ses références colorées. « Une vision anti guerre des mondes » déclare DGF. Je suis cependant restée plutôt insensible durant l’expérience de VR (réalité virtuelle) conçue comme une tentative d’envisager des formes alternatives de connexion à travers une incarnation extraterrestre.

§

A la White Cube Mason’s Yard, j’avais repéré une exposition de Jeff Wall. Je n’ai pas regretté de me trouver seule face à quelques grands formats de ce maître de la photographie, grand conteur d’histoires. Evidemment une photo de photo c’est nul…. Juste ceci pour le goût.

§

A la White Cube Bermondsey, un autre grand de la composition photo, Andreas Gursky. Là aussi, quasiment seule dans la galerie, j’ai pu me repaître de ses formats monumentaux et des détails innombrables à déceler sur ces oeuvres minutieusement orchestrées, des impressions jet d’encre de plus de 2m x 4m.

2 réflexions sur “Londres en mai 2022 (2. des galeries)

  1. Jolies découverte de ces artistes et de leurs oeuvres ! Il y en a tellement qu’on ne les connaît pas tous…
    Il y a des lieux que je ne connaissais pas non plus, et je pense que les lieux sont importants aussi.
    Quel beau voyage avec ces expos ! Londres me manque !!!

    Aimé par 1 personne

Répondre à CultURIEUSE Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s