Oscar Wilde (1854-1900) § Union homosexuelle

Oscar Wilde (1854-1900) Biographie : http://www.alalettre.com/wilde-bio.php

« Il y a deux tragédies dans la vie : l’une est de ne pas satisfaire son désir et l’autre de le satisfaire. »Extrait du L’Eventail de Lady Windermere

Ecrivain d’origine irlandaise issu d’une famille bourgeoise, époux de Constance Lloyd,  père de deux enfants. Jeune homme brillant, dandy excentrique, il publia romans, nouvelles et pièces de théâtre.

 Il affirma l’indépendance de l’art face à la morale.

En 1895, il fut condamné à deux ans de travaux forcés pour « grave immoralité » du fait de son homosexualité.

dorian

1251344297

L’édition du 11 décembre 1954 du Journal de Genève : « Il est consacré à un des deux fils d’Oscar Wilde, Vyvyan, qui publiait cette année-là un livre sur son enfance spoliée puisque la justice lui avait confisqué son père. On se souvient en effet qu’Oscar Wilde fut condamné à deux ans de travaux forcés pour homosexualité et qu’il mourut à Paris dans une misère totale – mais en homme d’esprit quand, dans sa chambre d’hôtel à la décoration immonde, il lâcha dans un dernier souffle: «C’est moi ou la tapisserie.»

Son fils raconte l’autre Wilde, l’homme du foyer, jeune mari attaché à sa femme à défaut d’en être épris et très attentionné avec ses fils, dont il partage les jeux. Je note au passage que ce détail vaudrait aujourd’hui à Oscar Wilde d’être soupçonné de pédophilie. Mais à l’époque victorienne, les enfants n’ont pas droit au chapitre. En revanche l’homosexualité est considérée comme un crime et une grave atteinte à l’idée qu’on se fait de la virilité. Donc, la mère et ses deux enfants doivent s’exiler à Glion pour échapper à l’opprobre. Mais l’écho du scandale du procès londonien les contraint à changer de nom, de Wilde à Holland, et à quitter la Suisse pour l’Allemagne. «On nous enjoignit d’oublier que nous avions porté ce nom de Wilde et de ne jamais le mentionner à personne.» La mère de son côté évoque un père qui aimait ses deux fils et qui a souffert d’en être séparé. Elle recommande aussi à ses garçons de ne pas le juger. Vyvyan se pose des questions mais n’ose pas les poser frontalement: il sait qu’il touche à un tabou. L’oubli faisant son travail, il crut son père mort. Il raconte sa surprise lorsque à 18 ans, le proviseur lui annonça son décès. »

AVT_Michel-Onfray_1059

Michel Onfray (1959)

INFO : le point de vue du philosophe, sur le mariage homosexuel :

« Homophobie :qui craint et déteste les homosexuels, l’homosexualité. »

(…)Si la détestation n’est pas avérée par tous les opposants au mariage homosexuel, du moins ouvertement, la crainte est certaine. Que n’a-t-on entendu des conséquences de ce mariage homosexuel (arrêtons d’utiliser l’expression « mariage pour tous » et, là aussi, là encore, donnons aux choses leur nom véritable : il s’agit du mariage des homosexuels, et c’est cela qu’il faut défendre) : la fin de la civilisation, la production d’enfants névrosés, la mort de deux mille ans d’un judéo-christianisme tellement civilisateur, la porte ouverte à l’inceste, à la polygamie, aux partouzes institutionnelles, à la zoophilie… Si cela n’est pas craindre les homosexuels, ça y ressemble drôlement !

Dès lors, refuser le mariage homosexuel est un point de vue, mais c’est un point de vue homophobe. Il faut l’assumer. Or il y a assaut de rhétorique et de sophistique pour appeler un chat un chien. Et dans cette aventure de construction de paralogismes, le judaïsme, le christianisme, l’islam et le freudisme rivalisent d’ingéniosité ! (…) « Le Nouvel Observateur » 28 janvier 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s