Plateforme 10 sur les rails!

Christian Boltanski

18 et 19  juin 2022, inauguration publique de Plateforme 10!

Photo Elysée et le mudac rejoignent le Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) à Plateforme 10, le nouveau quartier des arts de Lausanne.

Situé aux abords immédiat de la gare de Lausanne, n’attendez pas pour visiter l’endroit en profitant de l’offre spéciale du billet unique à 15.- CHF pour les trois lieux d’exposition.

Jusqu’au 25 septembre, une thématique d’exposition commune aux trois musées célèbre le passé du site :

TRAIN ZUG TRENO TREN

Premier bâtiment terminé, le Musée Cantonal des Beaux-Arts (MCBA) est ouvert depuis octobre 2019. Le voici maintenant flanqué d’un nouvel espace architectural comprenant deux musées : le MUDAC et PHOTO ELYSEE.

L’édifice accueille le public dans le vaste espace du rez-de-chaussée où se situent la billetterie, la boutique et une cafétéria, le Café Lumen (observez-y une réplique de la plus vieille ampoule allumée du monde!). Le plafond à facettes donne presque l’impression d’être sous un chapiteau.

C’est l’espace commun qui sépare deux musées aux identités bien distinctes.

L’étage est investi par le mudac (Musée cantonal de design et d’arts appliqués contemporains).

L’exposition met en avant le passé côtoyant le contemporain. L’accent est mis sur les lieux de rencontre que sont la gare, le train, le voyage.

Différentes lanternes de queue de train
Mohamad Hafez, Baggage#3, 2016

Intitulée Rencontrons-nous à la gare, l’exposition associe réalité et fiction, jouant avec l’esprit du roman de gare : affiches de films ou publicitaires, horloges de gare, lanternes et signaux lumineux, lampes TGV, valises habitées, personnages en marche, maquette en suspension, etc. Autant de pièces, créées par des artistes ou industrielles, en lien avec le voyage en train et le mouvement.

1.Studio Job, Train crash table, 2015 / 2. Marina Abramovic et Ulay, That self, 1976

L’espace de la collection est consacré au changement climatique. « Ecouter la terre » présente des pièces qui, non seulement évoquent les urgences climatiques, mais ont été choisies et scénographiées de façon écologique. Six domaines explicités dans la brochure verte à disposition des visiteu.r.se.s.

1.Boris Demler, Radiator Chair, 2016 2.Thomas Kral, Upgrade, 2008

Au sous-sol, Photo Elysée explore les Destins Croisés qu’occasionnent les gares et les trains. Dans une demi-pénombre nécessaire à la préservation des oeuvres, l’accrochage est propice à l’intimité de l’observation.

Le choix du commissaire d’exposition Marc Donnadieu s’est porté sur un large éventail d’oeuvres, non seulement photographiques (Stieglitz, Weiss, Burri, Cartier-Bresson, etc), mais aussi filmiques (Mélies, Gance, Chaplin, etc) ainsi que peintes et dessinées (Klee, Corbaz, Caillebotte, etc). Un ensemble en quinze chapitres qui évoque autant les progrès techniques du modernisme (vitesse, engins, puissance) que les changements radicaux qu’ils impliquent dans la vie courante.

Dans l’espace LabElysée, l’artiste multimédia américain Tony Oursler bénéficie d’une carte blanche et présente trois installations vidéo sur une autre sorte de transport : la photographie d’OVNI.

Installation Tony Oursler

Une partie de la collection exceptionnelle du musée est exposée sous l’appellation « 60 espèces d’espaces photographiques ». Un projet évolutif dont les thèmes seront renouvelés tous les cinq mois.

Ian Bradshaw, Twickenham Streaker, 1974

Sortant du bâtiment, sur votre gauche, les arcades abritent entre autres deux fondations: Celle de Félix Vallotton et celle de Toms Pauli.

Ne manquez pas l’Espace Signal L, arcades 2 et 3, qui propose des projets en lien avec des thématiques présentées à Plateforme 10. Il est actuellement investi par l’artiste suisse Sophie Bouvier Ausländer (site de l’artiste) (article du blog).

Sophie Bouvier Ausländer, Railway Spine (vue partielle de l’exposition)

Une pièce en trois actes (wagon-soufflet-wagon) sur les traumas et le stress qu’ils instaurent: la monumentalité du choc, le soutien vertical morcelé, peu à peu brisé par le temps. Un vocabulaire artistique impressionnant et suggestif.

Continuez ensuite votre chemin (ou faites une pause sur une terrasse) et entrez au MCBA.

Vue partielle de l’exposition (Fiona Tan, Edward Hopper, Jannis Kounellis, Chris Burden)

La commissaire de l’exposition, Camille Lévêque-Claudet, compose la thématique du train sous l’angle des « Voyages imaginaires ».  En huit chapitres, la soixantaine d’oeuvres présentées s’inspirent de l’engin sur rail, de son tumulte et de son esprit. Elles peignent et dépeignent vitesse, mystère, fantasmes, érotisme et rêves.

Derrière le nouveau bâtiment, une passerelle de mobilité douce a été réalisée pour les piétons et cyclistes. Un parcours végétal et didactique conçu par les Musée et Jardins botaniques cantonaux réduit quelque peu l’impact bétonné du quartier.

De passionnantes découvertes dans un lieu bien parti pour creuser une voie royale, ferroviaire ou pas!

Photo© KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Directrice du mudac – Musée cantonal du design et d’arts appliqués contemporains, Chantal Prod’Hom. Directeur adjoint, Marco Costantini

Directrice de Photo Elysée – Musée cantonal pour la Photographie, Nathalie Herschdorfer

Directeur du MCBA – Musée cantonal des Beaux-arts, Bernard Fibicher

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s