« For Forest » de Klaus Littmann § art écologique

FOR FOREST – The Unending Attraction of Nature est une intervention artistique temporaire du médiateur d’art suisse Klaus Littmann inspiré par le dessin de l’artiste autrichien Max Peintner. Il transforme le stade de football Wörthersee de Klagenfurt en la plus grande installation d’art public d’Autriche du 8 septembre au 27 octobre 2019.

th

Architecte de formation, Max Peintner (1937), est connu au début des années 70 pour ses dessins critiquant la modernité et dénonçant la destruction de la nature. Une maladie des yeux marque un tournant dans sa production dès 1977 où il explore la perception visuelle et s’intéresse à l’oeuvre de Caspar Friedriech.

Max Peintner, « L’infinie attraction de la Nature », 1970-71

La Nature est en danger. Comment la traitons-nous? Faudra-t-il dans le futur aller l’admirer dans des lieux d’exposition, comme les animaux dans les zoos?

klaus-littmann-for-forest-01
For Forest, Klaus Littmann, 2019 Autres vues

300 arbres environ ont été transplantés dans ce stade. Pour sensibiliser le public à la cause écologique, sapins blancs, pins noirs, érables champêtres, frênes, mélèzes, bouleaux, hêtres ou tilleuls ont été exposés en lieu et place d’un populaire match de football. L’installation, financée par des fonds privés, était accessible gratuitement au public. A la fin de l’intervention, la forêt a été replantée non loin de ce lieu.

L’humanité aura certainement disparu avant la nature. Aucune vie n’est possible sans les arbres. C’est l’architecte paysagiste suisse Enzo Enea (1964) qui a mis en oeuvre le projet For Forest. Cet amoureux des arbres les collectionne! Il a ouvert en 2010, le musée de l’Arbre (Baummuseum) à Rapperswil, sur les bords du lac de Zurich. Le parc du musée de 7,5 hectares rassemble, entre autres, 25 espèces d’arbres centenaires. Enea récupère et achemine ces géants, lorsqu’ils se voient condamnés, et leur offre une seconde vie.

Tree-museum-Enea-Garden-design-11
Tree Museum / Enea Garden Design Vues des arbres du parc

§

Art écologique? Dans le cas de For Forest, le délicat transport de ces arbres n’a pas dû être exempt de pollution. Alertant sur le futur des forêts du monde, il a cependant le mérite de rendre attentif au problème de la déforestation. Mais l’écologie et l’art ne sont pas incompatibles. Faisant suite au Land Art, sous diverses formes, des artistes se réclamant de cet art écologique, créent des oeuvres utilisant des matériaux naturels (terre, vent, eau, etc.) ou sensibilisent le public avec des sculptures sociales, des projets militants, qui stimulent le dialogue et la réflexion. L’art écologique ne peut pourtant pas souvent être qualifié de vertueux ou écologiquement neutre. Lire ICI l’article du journal Le Temps.

Vue d’une performance de Tino Seghal à la Tate Modern, Londres.

Toutes les expositions ont un bilan carbone important, que l’art soit contemporain ou autre.

L’artiste Tino Seghal (1976), lui, a résolu le problème. Créant des « situations construites », ses oeuvres ne sont documentées que par la mémoire et se vendent par contrats oraux. Les seuls matériaux utilisés étant la voix, l’interaction, le corps, le mouvement, le vivant, l’émotion. Aucun déchet, une oeuvre totalement écologique.

2 réflexions sur “« For Forest » de Klaus Littmann § art écologique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s