Festival Images Vevey 2022

Image en-tête: fenêtre de la salle d’exposition de Esther Hovers, « Windows ».

Si vous passez dans la région, ne manquez pas de faire un tour dans la ville de Vevey. Le festival Images, biennale d’arts visuels, se déroule jusqu’au 25 septembre dans différents lieux intérieurs et extérieurs de la ville.

Quelques travaux impressionnants:

Au musée historique de la ville, ne manquez surtout pas Marina Abramovic et sa performance filmée avec Ulay « The Lovers », ainsi que le photographe Marco Anelli qui documente l’oeuvre d’Abramovic en 2010 « The artist is present » (plus ICI)

Dans la salle Del Castillo, un film et son casting de Diana Markosian :  Santa Barbara fut le premier feuilleton américain diffusé en Russie. La mère de l’artiste quitte son pays avec ses deux enfants pour s’installer en Californie, donnant suite à une annonce matrimoniale. Markosian raconte l’histoire dans un docufiction réalisé avec une scénariste de la série originale. Fascinant!

Sur les quais, Teju Cole, photographe et écrivain d’origine nigériane, révèle une vision de la Suisse tendre et poétique, où les stéréotypes qui adhèrent à notre pays se décalent imperceptiblement de la carte postale idéale.

A l’église Sainte-Claire, les « Détenues » de Bettina Rheims déposent en confiance leurs regards dans son objectif. Des portraits émouvants et des témoignages anonymes scénographiés en évocation de cellules dans ce lieu de recueillement.

Dès 1991, Deanna Dikeman prend des clichés de ses parents et de leurs gestes d’au revoir lors de ses visites, et ceci durant 27 ans. L’oeuvre « Leaving and Waving » est exposée dans le parc du Panorama sis à côté d’une maison de retraite. Un raccourci du temps en bande continue évoquant le cycle de la vie avec délicatesse.

Sous la Grenette, au coeur de la ville, Daniel Mayrit explore la notion de populisme en se mettant lui-même en scène. Le projet « One of yours » montre l’artiste espagnol dans la peau d’un politicien nationaliste en campagne. Codes, slogans, stratégies, gestuelle (et même bureau de campagne) sont reproduits tels les ingrédients du leader idéal. La mise en garde est brillante!

L’Ukraine est présente avec « Peacefull Life« , les photographies de Gera Artemova. Des vues de moments paisiblement partagés au  bord du lac à Kyiv encadrées dans des verres perforés de balles de fusils. Effectuées en 2014, après l’invasion de la Crimée, ces photos sont les prémisses de la guerre actuelle.

Autre représentant ukrainien, Boris Mikhailov qui utilise ses photos censurées par le régime communiste dans les années 60-70 en les superposant, créant ainsi de nouvelles significations ou associations d’idées avec humour et poésie.

Yesterday’s Sandwich @ Boris Mikhailov

Installées dans le jardin du Rivage, les photos de Siân Davey, « Martha & Alice », documentent deux séries d’images, celles de sa fille Alice (diagnostiquée  de la trisomie 21 durant sa grossesse) et de sa belle-fille Martha en pleine adolescence.

Au musée Jenisch, six artistes sont présentés, dont Olivier Suter qui présente un travail intitulé  « La mort de l’art ». Son installation présente les photos en taille réelle des sépultures de plus de 350 peintres, sculpteur.rice.s et architectes de la renaissance à nos jours. Un cimetière imaginaire captivant.

Quatre formats monumentaux sont affichés dans la ville par le photographe allemand Thomas Struth. sous le titre « Unconscious Collectivity », il fouille les environnements qui inluencent la société. Cathédrale de Milan, CERN de Genève, Disneyland et rue de New York vous surprendront tour à tour lors de votre déambulation.

Thomas Struth, Unconscious Collectivity © Cynthia Mai Ammann

En face de la gare, le photographe britannique Martin Parr joue avec notre sentiment de déjà-vu en présentant des affiches en diptyques dont l’une est tirée d’archives anonymes et l’autre de son oeil. Les unes proviennent de The anonymous project (assortiment d’archives photographiques rassemblées par Lee Schulman) et les autres ont été recomposées par l’artiste. Amateur et professionnel se confondent-ils vraiment?

Bien d’autres lieux accueillent cette huitième éditions de la Biennale Images Vevey composée d’une bonne cinquantaine d’artistes issus de 25 pays. Lecteurs et lectrices de ce blog, j’espère vous avoir donné l’envie de profiter du panorama exceptionnel dont bénéficie la ville suisse de Vevey, autant par son festival que par les rives du lac Léman.

3 réflexions sur “Festival Images Vevey 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s