Johan Muyle (1956) § « Lucy I have a dream »(2008)

Image en-tête détail de « L’impossibilité de régner » (1990) Johan Muyle ©MACS

« Lucy I have a dream »©Johan Muyle Photo : Christian Mozar.

Lucy est notre ancêtre éthiopienne australopithèque. Elle est âgée de 3,18 millions d’années. Machette dans une main, lampe-tempête dans l’autre, elle est coiffée d’un navire négrier qui se balance au gré des vagues. Tel un sac à dos, elle porte un écran montrant tour à tour « L’origine du monde » de Courbet et Martin Luther King déclamant son célèbre discours « I have a dream » sur les droits civiques pour tou.te.s.

Cette oeuvre est un exemple du travail allégorique de Johan Muyle, l’un des artistes belges les plus importants de sa génération (Biographie). Il crée des sculptures animées, des assemblages électriques, des installations mécaniques, des oeuvres énigmatiques de prime abord qui célèbrent des héros et héroïnes, et dénoncent les dérapages de l’humanité, les vanités de l’existence, les tragédies de l’histoire ou les machineries du pouvoir …

« Elle nous sauve finalement de la tragédie. C’est une distance, une sorte de sérénité philosophique. Et puis je suis Belge, traiter de choses graves sans se prendre au sérieux reste un trait commun de notre culture, avec ses excès comme Adamo qui s’excuse tout le temps. D’une certaine manière, je m’inscris dans les pas de Brueghel ou James Ensor ». Johan Muyle

 

>

 

Réagissant à l’actualité, il s’empare et détourne ainsi des faits divers et des événements historiques dans le but de dénoncer la vanité humaine, la barbarie des gouvernements et l’hypocrisie des religions et de la société du spectacle, mais aussi de montrer, comme le disait Jean-Luc Godard, que « la civilisation est dans les peuples ». (source)

Les sculptures d’assemblage de Johan Muyle, entre engagement et humour, s’apparentent à des fables qui proposent des métaphores poétiques, tout en laissant l’interprétation au regardeu.r.se. En associant des objets hétéroclites, en leur donnant une vie mécanique, l’artiste crée une sorte de rébus référencé, mêlant histoire de l’art et Histoire de l’Humanité. Ce qu’il veut, c’est « Interroger le monde sans devenir le fou du roi ».

Johan Muyle, Fresque « I promise you(‘r) a miracle », Bruxelles 2003

2003: 1600 m2 de fresque murale avec 44 portraits d’artistes contemporains belges dont certains animés. A voir gare du Nord à Bruxelles. En savoir plus.

 

Belgian Gallery Brussels, une exposition d’oeuvres inédites basées sur l’utilisation de la statuaire historique comme point de départ de l’œuvre, une démarche récente dans le travail de Johan Muyle.

Une réflexion sur “Johan Muyle (1956) § « Lucy I have a dream »(2008)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s