« Une autobiographie de Nina Childress » par Fabienne Radi

1024 — Autoportrait au pince nez — 2019 — huile sur toile — 50 x 40 cm

Ce sont deux livres qui se consultent, se lisent et se regardent simultanément. Le premier, vert fluo, raconte la vie tumultueuse de l’artiste peintre Nina Childress. Ecrite par la formidable écrivaine Fabienne Radi, cette biographie se lit comme un roman. L’astuce en plus? au gré de la lecture, on est renvoyé à une oeuvre (➜page du catalogue) qui correspond à l’épisode temporel que l’on est train de lire dans la bio. Une façon passionnante de consulter un catalogue raisonné.

Partant des enregistrements de conversations avec l’artiste, Fabienne Radi[A] a transcris ses propos dans son style truculent, où s’insinuent les digressions culturelles d’un supposé vérificateur[V], précisant certains évènements, faits ou personnages qui apparaissent au cours du récit de l’artiste[N].

Les 1081 peintures de Nina Childress(site) répertoriées dans ce catalogue se déclinent du début des années 80, temps où elle signait de son nom punk  Nina Kuss, jusqu’aux « Suites de chaises » de 2020. C’est d’une diversité folle. Autodidacte, elle a peint des aliments, des bébés, des tupperwares, des savons, des chevelures, des intérieurs, des nudistes, des stars, des jumelles, des cantatrices, des Simone de Beauvoir (et ses pensées!), etc. Elle est passée par le pop art et l’art  cinétique, la figuration libre, le collage, le portrait, avec des escales hyperréalistes ou encore images floues. Son travail fait autant penser à Filliou (« bien fait, mal fait », auquel elle ajoute vite fait!) qu’à Warhol, Richter ou Picabia, tout en restant extrêmement personnel.

Elle le dit elle-même: obsessionnelle, elle a appris en faisant. Comme Marcel Du…champ, n’est-ce pas? (j’ai moi aussi mes obsessions…). Impossible de passer à côté d’un homme pareil, même si c’est grâce à Peggy G.

Peggy G. faisant tourner le méchanisme de F.Kiesler et regardant défiler 14 reproductions de la « Boîte-en-valise » de Marcel Duchamp (1942). Fusain de Nina Childress, 2005.

Elle a tant bien que mal réussi à en vivre, jusque dans les années 2000. Ayant trouvé « son » galeriste en 2007 (Bernard Jordan) et un poste d’enseignante à Nancy, ses peintures de nudistes mettent le feu en 2014.

Et il y a le texte de Fabienne Radi. Comme à son habitude, il est constellé d’infos, pas seulement sur Nina Childress, mais aussi sur la pop culture et ses icônes. Son art de conteuse est infaillible, j’ai déjà conseillé ses publications sur ce blog.

Fabienne Radi, Nina Childress, Susanna Shannon
Nina Childress: 885 — Having coffee — 2013 — huile sur toile — 38 x 46 cm

Fans de peinture, des 80’s et 90’s, de variété, d’art populaire et d’artistes hors-normes, ne manquez pas cette publication d’une richesse incomparable puisqu’elle tient lieu de roman, de biographie, de monographie, de référence à la pop culture et d’album décalé!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une autre autodidacte : Agnès Turnhauer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s