Marina Abramovic (1946) § « Rythm 0 » § « The Lovers » § Marco Anelli

Instructions.
There are 72 objects on the table that one can use on me as desired.
Performance.
I am the object.
During this period I take full responsibility.

Duration: 6 hours (20h– 2h)

En 1974, l’artiste serbe Marina Abramovic livre cette performance de l’extrême, « Rythm 0 »,  dans une galerie de Naples.

Durant ces années 1970, le public découvrait ce nouvel outil artistique qu’est la performance. Pour la plupart, les gens n’y voyait qu’exhibitionnisme et provocation.

Pour « Rythm 0 », Marina Abramovic décide de faire l’expérience de mettre son corps à disposition des visiteu.r.se.s en tant qu’objet manipulable. La performance est délimitée dans le temps (6 heures) et 72 objets exposés sur des tables sont utilisables par le public qui devient alors seul créateur de l’oeuvre. Elle-même reste impassible autant qu’il lui est possible, ne montrant aucune émotion.

Marina Abramovic photographiée durant la performance Rythm 0 à Naples en 1974

« Il faut envisager la performance comme un miroir offert aux spectateurs : je mets en scène des moments douloureux et je me nourris de l’énergie du public pour dépasser ma peur. C’est une manière de dire aux gens qu’ils peuvent y parvenir tout autant que moi. » Marina Abramovic

Marina Abramovic on Rhythm 0 (1974) from Marina Abramovic Institute on Vimeo.

Les trois premières heures se passent plutôt bien. Ensuite, ayant enregistré la passivité de l’artiste, les gens se mettent à oser et se permettent d’enfreindre les comportements habituels. Et la performance artistique devient une expérience sociologique. Le groupe (il a été mentionné que ce fut surtout les éléments masculins) se permet des intrusions de plus en plus humiliantes et agressives. Deux clans se forment, protecteurs et harceleurs. Lorsque le gardien annonce la fin de la performance., l’artiste reprend « vie »,  devant sa « réhumanisation » (et aussi face à leur propre honte?) les participants disparaissent illico…

«Ce que j’ai appris, c’est que si vous laissez le public décider, il pourrait vous tuer. Je me suis sentie vraiment attaquée: ils ont coupé mes vêtements, ils ont gratté des épines de rose sur mon ventre, une personne a tenu le pistolet contre ma tête avant qu’une autre ne le lui enlève. « 

La liste des objets de plaisir ou de douleur mis à disposition :

un fouet, un livre, du pain, un couteau, des chaussures, une hache, du vin, une paire de ciseaux, un peigne, des raisins, un marteau, des clous, un morceau de bois, du sucre, de l’eau, un miroir, un pistolet, un stylo, un journal, de la peinture rouge, une pomme, du sel, une balle, de la peinture blanche, un rouge à lèvres, une bouteille de parfum, une médaille, une cuillère, une flûte, un manteau, une cloche, un chapeau, une canne, des aiguilles, un gâteau, un boa de plumes, une écharpe, une bougie, un foulard, des chaînes, une pince à cheveux, un os d’agneau, des fleurs, une fourchette, un couteau à main, une branche de romarin, de la peinture bleue, du coton, de l’alcool, des allumettes, du ruban adhésif, une boîte de lames de rasoir, une chaise, un scalpel, une rose, du savon, du fil, des cordes de cuir, une pipe, un fermoir de sécurité, une plume, des bandages, une lance en métal, une scie, une feuille, une assiette, du soufre, de l’huile d’olive, du fil de fer, un verre, du miel, un appareil photo Polaroid.

« Ce travail révèle ce qu’il y a de plus horrible chez les gens. Cela montre à quelle vitesse quelqu’un peut se décider à te blesser lorsqu’il y est autorisé. Cela montre à quel point il est facile de déshumaniser quelqu’un qui ne se défend pas. Cela montre que la majorité des gens « normaux » peuvent devenir très violents en public si on leur en donne la possibilité. » Marina Abramovic

PS. En 1965, Yoko Ono avait mis des ciseaux à disposition du public. (voir l’article Yoko Ono) Quel courage ces femmes artistes!

Durant ce festival Images Vevey, Marina Abramovic est à l’honneur au musée historique avec la performance filmée « The Lovers » où, après 12 ans de collaboration artistique et de liaison amoureuse, elle se sépare de Ulay en 1988. L’installation vidéo documente leurs parcours individuels de 2000 km avançant l’un vers l’autre. Chacun d’un côté de la grande muraille de Chine (à l’est la mer jaune, à l’ouest le désert de Gobi), filmés par une équipe de BBC, nous les suivons pendant les 3 mois que dure leur périple symbolique. Un rituel poignant qui sublime et synthétise le parcours amoureux.

Toujours au musée historique de la ville de Vevey, à l’étage inférieur, le photographe Marco Anelli expose les portraits des personnes ayant participé à la performance « The Artist is Present » (MoMA, 2010). Durant 75 jours (716 heures sans bouger), Marina Abramovic, assise à une table, accueille une personne à la fois en face d’elle, pour la durée qu’iels choisissent. Les 1545 portraits ont été pris au téléobjectif et l’on y décèle les émotions diverses et bouleversantes ressenties à cette occasion.

« Portrait in the presence of the artist », Marco Anelli. Vue de l’exposition

7 réflexions sur “Marina Abramovic (1946) § « Rythm 0 » § « The Lovers » § Marco Anelli

Répondre à Walter PASCOLI Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s