Edouard Manet (1832-1839) § Jay McInerney (1955)

Coup d’oeil!
Edouard Manet, « Intérieur à Arcachon », 1871. (Suzanne Manet et son fils Léon)

Mais que vient faire cette mélancolique petite (42×30 cm) huile sur toile de Manet dans un roman intégralement newyorkais? A vous de le découvrir dans le troisième volet de la trilogie de Jay McInerney. Après « Trente ans et des poussières » et « La belle vie »,  Russell et Corrine Calloway atteignent la cinquantaine dans « Les jours enfuis ». Un âge où l’on hésite entre la nostalgie des rêves d’autrefois et la frénésie d’un nouvel emballement…

5 réflexions sur “Edouard Manet (1832-1839) § Jay McInerney (1955)

    1. Oui, c’est un peu court, je l’admets, c’est le propre de cette catégorie. J’aime cet écrivain citadin, la grande pomme est son terreau. Une analyse assez drôle et sans concession du quotidien des newyorkais, mais aussi du couple en déliquescence. Ça change des nature writers!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s