Johann Le Guillerm (1969) § biomimétisme

Photo © Philippe Cibille

« Agir sur les désordres du monde pour déceler d’autres agencements et créer un nouvel ordre poétique. Attraction est la cartographie originale d’une planète sans lieuun projet-manifeste pour mieux s’approprier son environnement, le penser par soi-même. » Johann Le Guillerm

Tel un bernard l’hermite rajustant sa coquille-pantalon, l’oeil inquisiteur et la mine grave, Johann Le Guillerm habite très sérieusement son humaine animalité. Ses doigts-tentacules et les quelques sons qu’il produit le confirment : sous ce chapiteau, il endossera le rôle de la bête de cirque.

Photo © Ph. Cibille

Et c’est un enchanteur d’espace, un chaman de la matière, un créateur de monde qui anime et dompte aussi bien des planches de bois qu’une feuille de papier ou une tornade de poussière s’élevant sur la piste. Mi-indien mi-cowboy, il chevauche les monstres de bois qu’il crée sous nos yeux.

Dans ce cirque-là, la magie est tangible, le trapéziste est un assemblage de baguettes, on jongle avec un mouchoir et ce sont les objets qu’il faut dresser. En une chorégraphie harmonieuse et précise, Johann Le Guillerm assemble une multitude de poutres uniquement par des appuis et des contre-poids. L’équilibre n’est qu’un point à atteindre entre deux instabilités…

Son laboratoire, exposé dans le nouveau pavillon du théâtre de Vidy, présente ses Imaginographes (des répertoires d’inventions graphiques), ses Imperceptibles (des machines autonomes) et l’Observatoire, une vitrine sur son travail de recherche. De tout nouveaux savoirs se font jour. Les graphies connues s’éclairent d’un sens renouvelé, les peaux des mandarines deviennent artistiques et les classements oeuvres esthétiques. Les mouvements de la nature nous sont contés par l’animation de machines improbables et belles agissant avec lenteur au rythme d’énergies naturelles comme la condensation ou l’écoulement de graines saturées d’eau.

Le concept d’équilibre, capital dans le travail de Johann Le Guillerm,  est utilisé dans de nombreux domaines pour décrire des situations où les forces en présence sont égales. Concept central aussi dans les recherches d’Idriss Aberkane(1986), chercheur et essayiste de l’économie de la connaissance… entres autres. Malgré certaines controverses à son sujet, son discours est passionnant.

Dans ses vidéos (nombreuses sur youtube et TED), Idriss Aberkane informe sur les immenses possibilités encore peu exploitées du biomimétisme : s’inspirer de la nature pour innover durablement.

Tous deux, entre sciences et art pour l’un et sciences et économie pour l’autre, explorent avec passion des  ouvertures inédites de leurs domaines respectifs et permettent la multiplication des points de vue.

Explorer le biomimétisme

Ce n’est pas le travail qui crée la valeur, mais la passion. Idriss Aberkane

J’applique la science de l’idiot : celui qui ne sait pas mais qui tente le savoir. Johann Le Guillerm

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

8 réflexions sur “Johann Le Guillerm (1969) § biomimétisme

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s