Dries Verhoeven (1976) § Exclusion sociale

20120530151016000000http://www.driesverhoeven.com/

 Dries Verhoeven, artiste néerlandais, a étudié à la  Maastricht Academy of Fine Arts and Design jusqu’en 1999. Après avoir travaillé en tant que scénographe, il décide de devenir indépendant en 2002. Ce qu’il réalise se situe à mi-chemin entre les arts visuels et le théâtre.

CECI N’EST PAS…(2013)

En écho avec René Magritte (La trahison des images) clicker ici, l’artiste propose dix tableaux vivants, un par jour, qui confrontent les passants à assister à une situation inconfortable incitant à la réflexion, à l’imagination :
« Dans une vitrine placée au milieu d’un espace public de la ville, j’expose des personnes à des situations dans lesquelles vous ne les voyez pas normalement, un texte d’accompagnement plante le décor de l’image. Certains passants détourneront le regard tandis que d’autres s’arrêteront pour regarder et se demanderont si, et pourquoi, l’image soulève véritablement la controverse. Pourquoi certaines images sont-elles aujourd’hui retirées ? Sommes-nous devenus moins tolérants ? Je considère la vitrine comme un atelier dans lequel je teste chaque jour une nouvelle image en appuyant sur la corde sensible du public qui passe. En exposant ces tabous, je tente de donner un aperçu de l’ADN de notre époque ».

DriesVerhoeven-AnnavanKooij-0310
« Ceci n’est pas l’amour »

Avec ses mises en scène en vitrine, Dries Verhoeven donne à voir ce qu’on préfèrerait ignorer car dérangeant, hors-norme et prêtant à controverse. Ce qui, habituellement, fait partie de l’intimité est exposé aux yeux de tous. Rares sont les passants qui restent indifférents et tous jettent au moins un regard. Le public est impliqué, la discussion est possible, un lien social peut se créer et une nouvelle perception de la situation devient admissible. « La provocation est une stratégie pour provoquer la discussion » DV

4287114324
« Ceci n’est pas une mère »

  Un court texte accompagne l’installation  :

6tumblr_mn63m9SvUF1sqzijlo1_500
Jour 6 « Ceci n’est pas la nature »

JOUR 6
Ceci n’est pas la nature
(Notice)

En Occident, la pensée repose sur la division binaire homme/femme : selon Freud, la première information que nous enregistrons à chaque nouvelle rencontre est de quel sexe la personne est. Lorsqu’il nous est difficile de reconnaître l’identité sexuelle d’un individu, cela nous perturbe, nous énerve ou nous amuse. Seule l’Australie autorise officiellement que les passeports fassent état d’un genre indéterminé. Les personnes dont le genre est « hors norme » ont dû récemment faire face à une incompréhension croissante, en particulier de la part des croyants traditionalistes. En France, le changement de sexe n’est pas autorisé pour les mineurs, les couples mariés ou les parents. Il est aussi difficile pour ces personnes de trouver un travail, si ce n’est dans le milieu du spectacle.

 

 A voir jusqu’au 12 juillet 2014 au festival de la Cité de Lausanne.

Une précédente création « You are here » (2007) parlait de la solitude et de l’instinct grégaire : le visiteur est seul dans une chambre d’hôtel avec un miroir au plafond. Le temps passe. Puis le miroir s’élève. Dans son reflet, le visiteur voit les autres chambres contigües. Il découvre alors d’autres personnes allongées sur leur lit … comme lui.

youarehere-driesverhoeven
« You are here »

A voir jusqu’au 31 août 2014, au Stedelijk Museum d’Amsterdam, la dernière installation de Dries Verhoeven Homo Desperatus (http://homodesperatus.tumblr.com/)

diversity_matters_photo_without_wording__1

L’exclusion sociale est la mise à l’écart d’une personne ou d’un groupe en raison d’un trop grand éloignement avec le mode de vie dominant dans la société (toupie.org).

C’est donc la différence qui crée l’exclusion. Dries Verhoeven, par ses installations, tente d’engager une discussion sur la pédophilie, le genre, la religion, le handicap, le vieillissement, etc. Devenir conscient des causes de l’exclusion permet un regard sur une tranche de la population qui nous semble bien souvent plus lointaine qu’il n’en est en réalité.

Des témoignages visuels, par photos numériques, de personnes victimes d’exclusion qui s’expriment sur leur combat pour occuper une place dans la société sur le site:

http://www.egaux.be

nancy_T01
J’ai voulu être photographiée avec Sophie (à droite sur la photo) parce c’est elle qui représente l’Amicale. C’est elle qui remonte le moral en cas de coup dur. Si elle voit que tu as pleuré le matin, elle vient vers toi, si tu as besoin de te confier, elle est là.

2 réflexions sur “Dries Verhoeven (1976) § Exclusion sociale

  1. Bravo…Courageux, cet artiste, je trouve. Parce que je me dis qu’il doit y avoir des réactions très violentes, parfois. Je vais aller voir tout ça de plus près, et en tous cas, merci pour cette découverte offerte

    J'aime

Répondre à lectriceencampagne Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s